La variante Via Podensis

Le Chemin du Puy ou Via Podiensis est actuellement le chemin le plus ancien, le plus fréquenté, le plus médiatisé et le plus développé. Il figure comme un prolongement d’une voie d’Europe centrale, dite « l’Oberstrasse », la route haute. De nombreux pèlerins venant de Pologne, de Hongrie, d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse l’empruntaient et poursuivaient vers le grand sanctuaire marial du Puy. Un paysage exceptionnel et varié : les traces volcaniques du Velay, l’Aubrac et ses immenses plateaux sauvages autrefois redoutés, la vallée du Lot, le Quercy et la Gascogne en font une voie de prédilection.

La Via Podiensis, débute au Puy en Velay et mène jusqu’au col de Roncevaux.
Elle tire son origine du nom de la ville du Puy-en-Velay, d’où, en 950 l’évêque Godescalc, prit le départ vers Saint-Jacques-de-Compostelle, accompagné d’un groupe importants de personnes telles que troubadours, jongleurs, pages,barons, sénéchaux et bien évidemment des archers et lanciers pour les protéger.
L’évêque est le premier pèlerin non espagnol à effectuer le pèlerinage.

En 1972 la Fédération Française de randonnée a balisé le GR65 et la fait correspondre à la Via Podiensis, hors nous n’avons pas de certitudes sur les chemins empruntés au moyen age. généralement les pèlerins prenaient le chemin le plus court entre centres hospitaliers qui étaient non pas des hopitaux mais des centres d’accueil qui assuraient aux pélerins le gite et le couvert gratuitement.
Le pèlerin étant généralement très pauvre puisque il était de coutume de se séparer de tous ses biens avant de faire le chemin. Les étapes de Conques et Figeac étaient des villes hospitalières.

C’est certainement pour ces raisons que des variantes ont fleuri sur le chemin notamment dans le département du lot.
L’étape de Conques au Mas du cantou (15 km) Iitinéraire bis : à Conques prendre la porte de la vinzelle, Grand vabre, la vinzelle, les hermets, Altasserre-Haute Mas du cantou, Montredon, Figeac. C’est le plus court chemin pour aller de Conques à Figeac.

Pour rejoindre Figeac depuis Conques le GR65 indique le passage par Decazeville (ville usine érigée depuis 1860) Celle-ci n’a jamais été sur le chemin de Saint Jacques.